Chirac s'accroche aux atomes (crochus)

Une fois encore, la France fait étalage à la devanture de l’Europe et à la face du monde de son manque de respect pour l’écologie en particulier, pour la vie humaine en général, en voulant à tout prix continuer sur la lignée énergie atomique. Bravo! Monsieur Chirac, il serait temps que vous rendiez enfin votre tablier, car il n’est plus très propre…

À quoi tient ce manque de sensibilité pour l’environnment qui caractérise la France?

Comment se fait-il qu’en Hexagone, on s’imagine être plus fort que le nuage de Tchernobyl? Cela doit remonter au mythe d’Astérix avalant sa potion magique, auquel on s’identifie dès la prime jeunesse, et qui veut nous faire croire que nous sommes invincibles? À moins que les dirigeants français aient eu, comme leurs voisins helvétiques, la bonne idée de se faire construire des bunkers anti-atomiques pour « le cas où », dans lesquels ils finiront leurs jours à jouer à la belote ou à la pétanque, selon l’espace qui leur sera dévolu, tandis que le petit peuple sera abandonné à lui-même et aux radiations?

C’est faire preuve d’une grande magnanimité, puisque si jamais une centrale explose en France, non seulement les Français en profiteront, mais aussi les voisins. Tant qu’à faire, puisque nous faisons partie d’une communauté, autant partager. Pour le meilleur et pour le pire…

Hiroshima, Nagasaki.
Tchernobyl.
En juillet dernier, dans une centrale atomique de Suède, un accident s’est produit, qui aurait pu répéter le terrible scénario ukrainien. Il s’en est fallu d’un cheveu, à 25 minutes près…

Autant de leçons qui n’ont pas été apprises, malgré tout l’horreur qu’elles ont véhiculée, malgré toutes les conséquences dont l’ampleur ne sera jamais réellement divulguée.

Il faut avoir entendu les « liquidateurs » de Tchernobyl parler de leur tâche pour comprendre ce que cela signifie, l’héroïsme, de nos jours… ils ont sacrifié leur vie pour mener à bien les travaux de déblaiment, de « liquidation » – comme si on pouvait se débarrasser des déchets atomiques, cette bonne blague! – sur le site du réacteur, en toute connaissance de cause, en s’exposant aux radiations mortelles qui causent leur mort à petit feu… chapeau bas!
Est-ce que dans un pays capitaliste le dévouement serait aussi grand? Quels sont les chercheurs et savants du CNRS, du CEA qui iraient se sacrifier pour parer au plus gros? Qu’ils lèvent la main!

Parler du coût exorbitant des énergies renouvelables relève carrément du scandale, quand on sait à quel point celui de la construction, de l’entretien des centrales atomiques, celui du stockage des déchets est élevé, sans parler ni des transports ni des autres manutentions, sans évoquer ni les frais qu’occasionnent les malades touchés par les radiations aux alentours des centrales ni les salaires bien juteux qu’empochent les directeurs des centrales atomiques…

Refuser à l’Iran l’utilisation de cette énergie sous prétexte que le pays pourrait l’utiliser à des fins peu avouables, alors que le danger est là, sous notre nez… et qu’on veut nous en construire encore et encore et encore… franchement, on nous prend pour des imbéciles ou quoi? Bien sûr, ici, si une centrale explose, ce sera un accident. Si l’Iran nous envoie quelque chose sur le coin du nez, ce sera voulu. C’est la seule différence. Les effets seront les mêmes.
Pourtant, n’est-ce pas vouloir nous exposer à des dangers incommensurables que de s’accrocher à cette source d’énergie, de nos jours? N’est-ce pas faire preuve d’un cynisme éhonté? RIEN, ni PERSONNE, ne peut nous protéger en cas de catastrophe nucléaire. Contre les radiations, pas de barrière. C’est peut-être cela qui fait qu’on en sous-estime le danger, car c’est pratiquement inconcevable : quelque chose qu’on ne voit pas, qu’on ne palpe pas, qu’on n’entend pas… comment cela pourrait-il être aussi dangereux?

Et pourquoi les Français, si rebelles d’habitude, ne montent-ils pas sur les barricades et acceptent comme des moutons de Panurge qu’on leur serve ce menu atomique si indigeste?

Facebooktwitterrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.